Un village pour aliénés tranquilles, Juliette Rigondet

Un village pour aliénés tranquilles de Juliette Rigondet, un colonie psychiatrique à Dun-sur-Auron dans le Cher
DERNIÈRE CHANCE – Dun-sur-Auron, l’épreuve de la colonie féminine psychiatrique : retrouvez ma chronique « hors les murs » sur Missives. Un huis clos peu connu, qui subsiste depuis 1892, où des patient.e.s « non violent.e.s incurables » partagent la vie quotidienne des habitant.e.s de cette commune. Une expérience unique d’abord testée sur un convoi de femmes.

Qui est l’autrice Juliette Rigondet ?

Juliette Rigondet est journaliste. Elle a publié, en 2016, Le Soin de la terre (éditions Tallandier). Elle contribue par ailleurs aux revues L’Histoire et Le Nouveau Magazine littéraire. En outre, elle anime des ateliers d’écriture. Juliette Rigondet a vécu une partie de sa vie à Dun-sur-Auron, bourgade du Cher au cœur d’Un village pour aliénés tranquilles.

Genre

Documentaire (publié en 2019)

5 thèmes clés

Expérience psychiatrique ; folie ; thérapie ; liberté surveillée ; condition féminine

Un village pour aliénés tranquilles en 50 mots

Fin du XIXe siècle. Sainte-Anne, notamment, est surpeuplé, tandis que des voix « antialiénistes » s’élèvent contre la mixité « curables/incurables » dans les hôpitaux psychiatriques. L’éloignement des malades chroniques, dont on ne sait que faire, est l’argument principal pour tenter une « colonie familiale » : en décembre 1892, 24 femmes sont ainsi déplacées à Dun-sur-Auron (Cher).

3 bonnes raisons de lire Un village pour aliénés tranquilles

➽ Comprendre l’origine du fonctionnement d’un « accueil familial thérapeutique » inédit, d’abord expérimenté sur un groupe de femmes, et toujours en marche.
➽ Jauger les conditions d’existence en liberté surveillée et médicalisée, au sein de ménages rémunérés pour vivre avec les patient.e.s.
➽ Contribuer à poser un regard bienveillant sur celles et ceux vulgairement caractérisé.e.s comme « folles »/« fous », via des témoignages et des portraits dépoussiérés des archives.

MA CHRONIQUE COMPLÈTE SUR ☞ MISSIVES ☜

❝ Dun-sur-Auron : l’épreuve de la colonie féminine psychiatrique 

Sommaire
Un centre pour « incurables inoffensives »
Les pionnières : fragments de portrait
Un documentaire sensible, un hommage aux femmes de Dun

Iconographie : éditions Fayard, 2019 ; Jean-Baptiste LAUTARD, La maison des fous de Marseille : essai historique et statistique sur cet établissement depuis sa fondation en 1699, jusqu’en 1837, 1840, Collection BIU Santé Médecine.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :